Kai Lian, 38 ans . Optimiste à Grenoble (38)

Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’être avec Kai Lian, qui vient de Taïwan et vit en France depuis 4 ans. Elle a accepté de nous partager quelques clés de son optimisme!

Bonjour Kai Lian, dirais-tu que tu es quelqu’un de plutôt optimiste ou pessimiste?
« Hummm…Ca dépend des jours, plutôt optimiste !»

Est-ce que ça a toujours été le cas?
«Non, je suis aujourd’hui bien plus optimiste qu’il y a 15 ans. J’ai appris que la vie est une expérience, nous traversons des choses et nous pouvons décider que tout est grave, ou au contraire que rien ne l’est. Mon regard a changé. »

Y-a-t-il des choses difficiles pour toi en ce moment, si tu acceptes de nous les partager ?
«Oui. Je suis sur un chemin pour (re)-faire connaissance avec moi, me connaître mieux car j’ai aujourd’hui beaucoup de doutes sur mes capacités et mes potentiels, sur ce dont j’ai envie dans la vie. J’ai beaucoup de points d’interrogation mais je garde un niveau de lucidité, je cherche. »

Quel est ton secret pour garder ton optimisme et traverser ces difficultés?
«Il y a 4 ans j’étais en Chine. En réalité je viens de Taïwan, ma famille est là-bas. J’avais eu besoin de prendre un peu le large, j’étais donc allée travailler à Shangaï, une amie m’avait prêté son appartement là-bas. Au bout d’un moment, je n’étais pas bien, montait en moi l’envie de tout plaquer pour venir en France. Et cette idée ne cessait de revenir. J’avais envie….je n’osais pas….l’idée revenait.

Ce n’était pas du tout logique, rien ni personne ne m’attendait ici. Au bout de quelques mois, n’étant pas bien, j’ai laissé mon travail. Et alors que j’hésitais, de multiples signes venaient me confirmer que le bon choix était de partir en France. Un jour que je me promenais dans une zone résidentielle, dans un écrin de verdure au milieu des buildings de Shangaï, je suis tombée nez à nez avec une tour Eiffel de 2 mètres ! C’était le déclic, j’ai compris le message. Je voulais enfin suivre mon coeur même si c’était risqué et à priori illogique de tout quitter pour venir en France, avec la peur de ne pas avoir d’argent une fois arrivée. »

« Mon secret aujourd’hui, c’est de me rappeler que quand tu es sur la bonne voie, les signes, les ressources arrivent et ça devient facile.»

«Belle coïncidence, juste après avoir pris mon billet d’avion pour Paris, une amie qui vivait en France dont je n’avais pas eu de nouvelles depuis longtemps, m’apprend qu’elle rentre à Taïwan. Elle me propose de me prêter son appartement à Paris le temps que je trouve du travail !
Grâce à la France, j’ai retrouvé le goût de la vie. Dans ma famille à Taïwan, il n’y a pas de place pour la joie. »

« J’avais besoin de sortir du moule et de la compétition dans laquelle j’étais à Taïwan.»

«Grâce à ma venue ici, j’ai pu goûter ce que c’est la vie, la joie !. »

Si tu avais une baguette magique, quel voeu ferais-tu pour toi?
«Me retrouver vraiment et être bien avec moi-même. »

Si tu avais une baguette magique, quel voeu ferais-tu pour le monde?
«Que tout le monde puisse goûter au plaisir de vivre. Que chaque personne puisse se sentir bien, pour qu’alors le monde puisse vivre en harmonie. »


Merci Kai Lian 🙂 !!